santons lambert sur facebook
Votre panier est vide

Tradition

Tradition et histoire des santons de Provence L’origine des santons remonte à la fin du XVIII début XIXe siècle.

Cependant, il y avait déjà longtemps, à cette époque, que la nativité était représentée, dans les églises, au moment des fêtes de noël.
C’est Saint François d’Assise, qui, touché d’une extraordinaire dévotion pour ce mystère, fit un oratoire le jour de noël, où il représenta au plus naturel qu’il put la nativité de notre seigneur. Cet exemple allait être suivi un peu partout, dans les églises d’Italie, puis dans celles de France et d’ailleurs ; les personnages représentés n’étaient autres que ce que l’on appelait en Provence les santibelli : statuettes de beaux petits saints.

Aux trois personnages principaux, on avait ajouté progressivement quelques bergers avec leurs moutons et les Mages, que l’on déposait dans la crèche au moment de l'Epiphanie.
Il faut attendre la fin du XVIIIe siècle, et surtout les premières années du XIXe, pour voir apparaître les autres visiteurs de la crèche, les gens du pays, statufiés en quelque sorte, venant voir le Nouveau-né pour lui apporté leurs présents et cela, uniquement en Provence.

D’emblée, ils allaient être baptisés les petits saints et recevoir leur nom : en provençal : lei santoun, en français : les santons. Les premiers santons, fabriqués à partir de moules assez rudimentaires, sont en argile crue, simplement séchée ; ils sont ensuite peints avec des couleurs à l’eau et à la gomme.

Ce n’est que plus tard qu’ils seront passés au four, la cuisson les rendant moins fragiles et leur assurant une plus grande résistance. Le nombre des personnages n’a cessé d’augmenter, peinture malicieuse du peuple provençal mettant en évidence sa générosité.

Chaque santon apporte toujours un présent à l’enfant Jésus, ou annonce au monde la bonne nouvelle.

Personnages traditionnels : c’était d’ abord les bergers, il faut rappeler l’importance des Pastres dans la célébration de Noël ; puis on a élargi le cercle aux paysans, aux gens du peuple, aux artisans avec les outils de leurs métiers, à quelques dignitaires ; enfin à des personnages de légendes participant comme les autres aux Pastorales jouées dans les villes de Provence.

Ces santons représentent la vraie Provence du siècle passé.
C’est, respectueux de ce passé, que chaque hiver, on prépare les mêmes décors, on ramasse la mousse, les feuillages, on installe les moutons, les poules, les pêcheurs au bord de l’eau, mélangeant le quotidien au Mystère Divin.

Le poète Marseillais ELZEARD ROUGIER, écrivait à la fin du siècle dernier :
« Les santons sont des fleurs que l’on cueille en hiver ».