santons lambert sur facebook
Votre panier est vide

La tradition de Noël

Le blé de la Sainte Barbe

Le blé est un présage de l’année à venir. Droites et bien vertes, elles apportent bonheur et prospérité, couchées et jaunies elles annoncent le malheur. Rite de conjuration agraire très ancien, cette verdure exprime la vie, la prospérité à venir en une saison où tout s’endort et semble mourir.
Ce blé n’est pas jeté, il est enterré aux quatre coins d’un champ pour le rendre fertile et protégé, ou encore brûlé dans la cheminée avec le respect du mystère de la vie. Jadis, on le conservait desséché, et, lors de gros orages, on en jetait quelques pincées dans le feu pour éloigner la foudre.

Le décor

C’était une fête d’aller chercher la verdure, la mousse.
Voyons toute cette flore de noël :

-le thym, la ferigoulo né paraît-il des larmes de la belle Hélène, qui bien taillé fait de jolis oliviers.

-le petit houx ou fragon, lou verbouisset

-le laurier – tin, lou favetoun o carenau, dont les branches garnies de gaufres, d’oranges et illuminées de chandelles, étaient autrefois suspendues à une poutre au dessus de la table du gros souper. -le lierre, l’èuse permet de faire de très jolies bordures pour la crèche et des chemins de table pour le gros souper.

-le romarin, lou roumanin, peut figurer les cyprès dans la crèche.

La crèche provençale traditionnelle est la parfaite reconstitution du village provençal, de ses habitants et de ses métiers.
La mousse fera l’herbe, des brindilles de cyprès, de thym, de romarin, de buis figurerons les arbres, on utilisera de la farine en guise de neige, du papier aluminium pour l’eau, du papier bleu nuit pour le ciel, sur lequel on colle des étoiles découpées dans du papier or ou argent.

Rien ne manque depuis l’étable ou la grotte, les bastides ou mas provençaux, les puits, les ponts, jusqu’au moulin à vent, sans oublier bien sûr le blé de la Sainte Barbe orné d’un ruban rouge.