De la création…

La création du santon:

Le santonnier crée un modèle avec pour seuls outils, ses mains, de l’argile et un ébauchoir.
Il sculpte dans un morceau d’argile le futur santon, qui de son imaginaire a pris naissance.
La texture de l’argile ressemble à de la pâte a modeler pour les enfants.
La précision des gestes et du modelage du santonnier dépendra le résultat final.
Le santon terminé dans sa création, servira une seule fois à la fabrication du moule.

La fabrication du moule :

La préparation de la première partie du moule est également en argile, le santon est donc placé et serti au moule, puis des plaques de verre sont alors fixées.
Du plâtre est alors coulé sur le modèle obtenu; une fois le plâtre durci, il constitue une première partie du moule définitif. L’opération est recommencée une deuxième fois pour obtenir le moule complet; qui séchera pendant une semaine. C’est alors que la fabrication en série peut commencer.

Le moulage du santon :

A cet effet, un morceau d’argile est compressé entre les deux parties du moule; le nouveau santon est alors extrait délicatement et doit sécher durant 48 à 72 heures. Il faut également procéder à l’élimination minutieuse du surplus d’argile qui borde le contour du santon ; on dit alors que l’on “ébarbe” celui-ci. Puis vient le lissage de l’ébarbage avec un pinceau ou une petite éponge et de l’eau.

La cuisson :

A l’issue de ce délai, il faut alors procéder à la cuisson des pièces, qui assure la bonne tenue de chaque santons. Celle-ci s’effectue dans un four dont la chaleur s’élève progressivement par palier durant 10 heures, pour atteindre les 950°c selon le taux de remplissage du four. Le four ne sera cependant ouvert qu’après un délai de 48h, nécessaire au refroidissement et à la robustesse des santons.

Et enfin la décoration :

La dernière partie est aussi importante et minutieuse que les précédentes, elle consiste à peindre le santon avec de la peinture à l’eau (acrylique) selon l’effet recherché.La précision des gestes est fondamentale, et elle croît en même temps que la taille des santons diminue.La peinture annonce la fin de la fabrication du santon, dont, la réussite dépend étroitement de l’adresse et de la minutie du santonnier, qui est à la fois, sculpteur, mouleur et peintre.